Qui sommes-nous?

La Fondation Sasa est une Organisation Non Gouvernementale de Développement à but non lucratif née à Kinshasa, capitale de la République Démocratique du Congo(RDC), le 21 février 2002. Elle est reconnue, par le gouvernement de la RDC, par l’arrêté ministériel n° 101/CAB/MIN/J/2006 du 04 mai 2006, comme un établissement d’utilité publique.
Elle vise à améliorer, promouvoir, protéger, assister les populations en difficulté et lutter contre toute forme d’exclusion.

Pour améliorer les conditions de ces populations, la Fondation déploie ses activités dans les domaines de l’éducation, la formation, la santé, la culture, la communication, l’urbanisme et l’habitat. Comment réaliser tout ceci?

1. En apportant un soutien médical, alimentaire, éducatif aux enfants démunis et malnutris, aux orphelins, aux vieillards, aux handicapés et aux filles-mères.
2. En encadrant les jeunes, les protégeant contre le tabagisme, l’alcoolisme, le vagabondage sexuel, les Maladies Sexuellement Transmissibles, les VIH/SIDA et la délinquance. De ce fait, organiser pour eux des activités formatives, culturelles, et sportives.
3. En assurant le suivi et l’intégration des enfants présentant des difficultés scolaires.
4. En mettant sur pied, pour des populations en difficulté, des structures et des infrastructures d’accueil, de soutien, d’appui et de formation adéquates.
5. En créant des activités et des métiers pour faciliter la réinsertion professionnelle des jeunes et adultes défavorisés.
6. En dotant les associations et regroupements des jeunes poursuivant les objectifs similaires aux nôtres, des équipements de loisirs et autres, en vue de leur épanouissement.
7. En nous proposant comme intermédiaires entre les organisations philanthropiques et/ou financières, gouvernementales et non gouvernementales, nationales et/ou internationales et les communautés de base ou mieux les populations en difficulté.
8. En organisant des colloques, conférences, séminaires et forums scientifiques de formation et de conscientisation aux problèmes de société : le dialogue interculturel, un habitat à taille humaine, une urbanisation respectant la nature et l’environnement et enfin la question de l’exclusion.